Encore une journée sous la canicule; 38° et +.

Grosse galère; chasse à la bouteille, éviter les plaques de goudron fondu.

Dès le départ, dans la 1ère bosse, notre grimpeur attitré "Contador" casse à nouveau sa chaîne. Il est décidément trop puissant. Arrivé au sommet le 1er (car dans le fourgon) puis réparation rapide et Contador reprend la route avec nous.

A la pose repas, partie de pêche improvisée, "la pêche au gant cycliste" tombé par inadvertance par un de nos amis allemands dans le petit ruisseau jouxtant notre aire de repas. Notre grimpeur, encore et toujours lui, armé d'une canne à pêche improvisée elle aussi  (spéciale bambou et cintre métallique) a permis, au péril de sa vie, de récupérer le dit gant.Après le titre de "roi de la grimpe", il a reçu, à l'unanimité, celui de "roi de la gaule".

Le parcours s'est terminé sous un soleil de plomb, doucement, sans effort inutile, et ponctué de plusieurs arrêts pour refroidir les machines (celles en chair et en os) à grands coups de bidons d'eau qui, bien que tiède, nous paraissait fraîche dans cette canicule.

L'arrivée vers 18h00 à l'hôtel de l'Isle d'Abeau, a fait du bien, nous laissant du temps pour reposer les corps fatigués.

Au final le calcul du dénivelé értait sujet de discorde, les différents capteurs affichant: entre 780m et 1241m. L'enquête se poursuit.

 Voir l' ALBUM PHOTOS